AGRICULTEURS URBAINS, DU BALCON À LA PROFESSION

.

.

Du balcon à la profession, découverte des pionniers de la production agricole en ville

.

Ce guide présente, pour ceux qui les pratiquent ou qui veulent se lancer, les trois formes d’agricultures urbaines, ou comment d’initiatives individuelles de production agricole en ville, se développent de nouveaux métiers, les agriculteurs urbains :

.

L’agriculture urbaine amateur : la production végétale et même animale à l’échelle du citadin privé:

Les balcons, terrasses et petits jardins de ville sont en effet propices à l’implantation de microprojets individuels d’agriculture urbaine. Comment les citadins s’emparent-ils du phénomène ? Comment s’y prennent-ils pour produire chez eux ? Quelles sont les techniques innovantes et traditionnelles à leur disposition ?

.

L’agriculture urbaine collective, très souvent à but non lucratif:

Elle montre la dynamique actuelle et les multitudes de projets existants de jardins collectifs en France et à l’étranger à travers un assez large mouvement de « retour à la terre ». Qu’est-ce qui anime ces citadins-jardiniers à l’origine de ces actions de végétalisation collective ? Comment fonctionnent ces projets (gouvernance, techniques, etc.) ? Quels rôles peuvent jouer les collectivités ?

.

L’agriculture urbaine professionnelle:

Les exemples de projets d’agriculture urbaine à but marchand en France et dans le monde, cités dans le livre, permettent d’expliquer les systèmes de production économiquement et techniquement viables. Un chapitre est dédié aux microfermes urbaines. Les projets plus techniques comme les serres en toitures et l’agriculture urbaine en milieu clos sont également décrits.

.

.

« L’agriculture urbaine n’a rien à faire dans un monde idéal, elle s’est toujours développée en réponse à des problèmes. […] Les problèmes de nos villes sont complexes ? Mettons en place des systèmes agricoles qui se nourrissent de cette complexité ! »

Grégoire Bleu,

Président de l’Association française de l’agriculture urbaine professionnelle (AFAUP) et co-fondateur d’une entreprise d’agriculture urbaine : La Boîte à Champignons-UpCycle, en préface du livre

.

.

L’ auteur:

Guillaume Morel-Chevillet

Chargé de Mission Agriculture Urbaine à l’ASTREDHOR (Institut Technique Horticole), Guillaume Morel-Chevillet est ingénieur paysagiste formé à Agrocampus Ouest. Ses expériences professionnelles, en agence de conception paysagère et de toiture verte, le poussent tout naturellement à orienter sa carrière professionnelle vers la végétalisation de la ville et de ses bâtiments, en intégrant des dimensions écologique, technique et esthétique. Il travaille ainsi aux Etats-Unis sur la conception de toitures végétalisées avant de rejoindre la France pour intégrer durant huit ans des agences d’architecture du paysage. Depuis 2015, il est Chargé de Mission en Agriculture Urbaine à l’ASTREDHOR où il développe des programmes de recherche sur l’innovation au service des acteurs professionnels de la filière du végétal… et des agriculteurs urbains.

www.astredhor.fr